Il y a des jours comme ça où on ferait mieux de ne pas réfléchir :o) C'est vrai, quoi:

1994-2002: je bataille ferme pour apprendre à dessiner. J'insiste, je m'accroche, je pleure beaucoup, mais-si-c'est-ce-que-je-veux-faire-plus-tard, je suis parfois bluffée (quand même, 17e sur près d'une centaine d'élèves au concours d'entrée des Beaux-Arts de Caen, même si je me suis rétamée ensuite, j'étais drôlement fière), parfois dégoûtée, mes profs perdent leurs cheveux et ne savent plus comment me faire comprendre que je me suis trompée de voie, on veut me réorienter, je continue à dessiner...

2002: diplôme de BD-illustration. Et là je me dis: Victoire. J'ai PROUVE au MONDE ENTIER que je peux devenir dessinatrice (bah quoi, j'étais jeune, en ce temps-là, je me disais un peu n'importe quoi).

2006: la consécration de mes efforts, j'illustre un album chez Ouest-France, c'est trop cool (je n'assume plus du tout cet album, au fait, et puis il est parti au pilon!), je vais enfin débuter réellement dans le métier... Ah, mais tiens, c'est aussi l'année de parution d'Arghentur 1 et celle où je me lance dans une formation de bibliothécaire aux cours du soir.

2010: je croise totalement par hasard un de mes profs des Beaux-Arts de Tournai. Ceux qui me connaissent le mieux seront contents d'apprendre que Thierry Umbreit et ses élèves d'illustration exposent à la bibliothèque de Mouscron et que c'est la première personne que j'ai croisée en revenant bosser lundi (j'en ai profité pour lui rappeler mon prénom...) Ceux qui connaissent le mieux ma relation avec l'un de mes profs principaux ricaneront, j'imagine. Et là, incidemment, il me fait remarquer que j'ai arrêté de dessiner. Oh, ce n'est pas méchant, et bon, entre les romans, la bibliothèque, maintenant le bébé... je réponds que, bah oui, en fait, pour le moment, pour un bon moment... Mais ça me fait bizarre de lui dire ça et j'y réfléchis beaucoup trop... Conclusion: Oui. J'ai arrêté de dessiner. Messieurs Hamard, Borderieux, Cossu, Umbreit, ont ENFIN gagné la partie. Malgré tout ce que j'ai pu tenter, ils ont vaincu. Patience et longueur de temps font plus que force ni rage, comme disait l'autre.

Et maintenant, je ne sais plus du tout où j'en suis. 12 ans d'efforts titanesques (de mon point de vue) pour rien? Oh, j'aime être bibliothécaire, et plus que tout je suis heureuse d'être une romancière publiée. Mais... ça me laisse un petit goût amer. C'est assez désagréable.

Vous avez gagné une bataille, les gars. Mais je vais repartir en guerre :o) Je vous aurai!

@+

Sig

PS: sérieusement, si vous êtes dans le coin, passez voir l'exposition de l'Atelier d'illustration des Beaux-Arts de Tournai. Ça se passe à la Bibliothèque de Mouscron (20 rue du Beau Chêne), dans la Grande Salle, et mon collègue qui a supervisé l'installation sera content de voir qu'il n'a pas déployé des trésors de patience, d'ingéniosité et de diplomatie en vain (oui, c'est ça, parfois, un partenariat avec un artiste...)